Bruce Kirby, qui a transformé la bougie avec un “Doodle”, décède à 92 ans

La richesse de la famille s’est pratiquement évaporée pendant la Dépression, laissant les Kirby avec une maison de dix chambres, de nombreux bateaux et, pour les enfants, pratiquement pas d’autre choix que de naviguer. « Vous grandissez en le faisant ; c’était comme demander à quelqu’un s’il se souvenait avoir appris à parler », a déclaré Kirby au Nautical Quarterly en 1982.

Il a suivi le sillage de son père, courant dans de petits bateaux sur la rivière des Outaouais pendant les brefs étés du Canada et dévorant des exemplaires du magazine Yachting en hiver. Les meilleurs marins de petits bateaux de l’époque rivalisaient avec les International 14, des bateaux à deux places, chacun généralement construit dans une maison ou un garage selon les spécifications du projet. M. Kirby a commencé à voyager et à collectionner des trophées en classe.

Si votre premier amour était la voile, le second était le journalisme. Une maladie pulmonaire l’empêchait d’aller à l’université et, grâce aux relations de son père, il devint, à 20 ans, journaliste pour The Ottawa Journal pour 25 $ par semaine (l’équivalent d’environ 290 $ en argent canadien aujourd’hui).

Sa connaissance de la navigation lui a apporté des récits de passages d’un voilier océanique en Europe. Passé au Montreal Star, il rejoint le staff, mais couvre également l’America’s Cup.Il part à Chicago pour devenir rédacteur en chef de One-Design & Offshore Yachtsman en 1965.

Jamais loin de la voile, Kirby s’est qualifié pour les Jeux olympiques de 1956 à Melbourne, en Australie, dans la seule classe Finn. Il a ensuite participé aux Jeux de 1964 (à Tokyo) dans la même classe et aux Jeux de 1968 (centrés sur la ville de Mexico) dans la classe Star à deux.

Il a conçu ses conceptions en utilisant son intuition et en lisant “Elements of Yacht Design” de Norman Skene. Ses conceptions I-14 ont été un tremplin pour le Laser, qui lui a à son tour ouvert des portes, lui apportant une série de commandes de conception, dont une pour un yacht appelé Runaway, l’entrée du Canada en 1981 dans la compétition internationale de l’Admiral’s Cup. une scène mondiale.

Puis vint Canada I, l’entrée canadienne de 1983 à la Copa America, et sa conception propulsa la réputation de Kirby vers de nouveaux sommets.

Related Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *